Une île avec sa forêt sombre,

un grand corps étendu

où la lumière pose ses mains invisibles.

Un oeil surpris à désirer

des sentiers naissants, des chambres heureuses.

Une phrase qui invente sa vision,

son mûrissement, ses gouffres, ses rumeurs,

et toi qui traverse des ponts interminables.

Lionel Ray (1993),  Comme un château défait, Gallimard

sombre_foret