14 juin 2011

Kasbah de Taferdouste

P1270478P1270481Dimanche dernier (12 juin 2011), nous avons effectué en partance de Fès, une virée vers la région de Boulemane dans le moyen Atlas. Notre but était de découvrir le site de la kasbah de Taferdouste. Nous avons donc emprunté la route de Sefrou. Cette localité distante de 25 kilomètres de la cité idrisside était en train de se préparer pour la fête annuelle des cerises! Tout le long de notre parcours, le paysage changeait continuellement! Un premier arrêt dicté par une ferme en ruine! Sur l'une de ses façades, des tags et des graffitis. Un instrument de musique à cordes (un guenbri ou un wtar) peint en noir attire musicalement le regard depuis la route!

P1270488

P1270486 P1270491

P1270499 P1270502 P1270498

P1270505P1270510Sur ces hauteurs relatives, le printemps, à notre grande surprise, semblait s'attarder! Des parterres entiers de fleurs mauves s'étendaient devant nos yeux et les coquelicots faisaient à leur manière de la résistance !  A  telle enseigne que certaines d'entre nous ont vite succombé à la tentation de  confectionner un bouquet!

P1270508

P1270515 P1270507

P1270527

Une fois dépassée la petite localité de Boulemane, nous nous sommes engagés dans une petite route (Skoura-M'daz) étroite et tortueuse qui longe les méandres d'un cours d'eau qui a creusé et aménagé son lit dans un cadre à la fois rude et grandiose! Les passages à gué étaient nombreux et des pans entiers de la route avaient été endommagés ou  emportés par les derniers orages.

P1270539

P1270532Cette présence de l'eau s'alliait avec les lauriers roses et les agaves en fleurs pour apporter une note de douceur aux accents sauvages du paysage.A un détour de la route, il y avait un rocher vertical (et comme taillé exprès) qui comportait plusieurs graffitis en caractères latins ou tifinaghs. C'est là qu'il faut se garer car juste derrière, on découvre un point de vue imprenable sur la kasbah de Taferdouste  (Latitude : 33.46667, Longitude : -4.65000)

De l'avis général, c'est un site magnifique qui mérite le détour! Un séjour plus long est désormais programmé pour une plus ample découverte!

P1270537 P1270540

P1270569

P1270535 P1270555 P1270546

P1270575

P1270577

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

 








 

 

 

 

Posté par photoeil à 20:14 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 février 2011

La kasba de Boulaouane

P1240698Fin janvier, petite virée à la kasba de Boulaouane qui se trouve dans la région des Doukkala, entre grosso modo El Jadida et Settat. A l'arrivée, après le franchissement de la plaine verdoyante des  Ouled Frej, il faut bifurquer vers la gauche dans la direction d'Imfout. La route sinueuse finit par arriver sur un plateau où l'on aperçoit, haut perchée, la muraille imposante du fort qui domine les méandres de la rivière d'Oum er-Rabiâ. De ce château fort construit en 1710, il ne reste pas grand chose! Tout n'est pratiquement que ruine et désolation. Voilà donc encore et encore un patrimoine qui fout le camp, tombe en poussière et sombre  désespérément dans l'oubli...sans que les autorités tutélaires remuent le moindre petit doigt!

Pour plus d'images sur cette kasba, je vous invite à visualiser ce diaporama

P1240703

P1240704 P1240706 P1240715
P1240708 P1240718 P1240719

P1240723 P1240755 P1240731

P1240754

P1240711 P1240721 P1240777
P1240797

P1240802 P1240787 P1240793

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

Posté par photoeil à 23:07 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2009

Sur les traces d'André Gide et de Henry de Montherlant

P1130300P1130335C'était le 5 avril dernier. Le séjour de Pierre tirait vers sa fin. Notre dernière virée ensemble allait se faire à proximité de Fès. A une vingtaine de kilomètres justement. Nous avons effectué une boucle qui passe par la fameuse station thermale de Moulay Yacoub, continue sur les villages (douars) Jouaber, Es-Sebt et Mikkes en longeant les cours d'eau de Oued Lmaleh (la rivière salée) et Oued Mikkes (voir tracé en vert sur la carte).

carteNous avons débarqué à Moulay Yacoub en début d'après-midi. Ce qui explique que l'activité était au ralenti! En raison de la torpeur de la sieste, il n'y avait relativement ni grande agitation ni bousculades  autour des échoppes qui longent les marches des rues construites en pente.

P1130304P1130302Dans un café, lieu par excellence où mes concitoyens se complaisent à assassiner  le temps, tous les regards étaient focalisés sur le petit écran d'une télévision où se déroulaient les péripéties d'un match de foot...J'ai été également frappé par le décor d'une petite échoppe spécialisée "musique" (cassettes et CD) . A quelques arpents de là, j'ai déniché, bien camouflés sur  des murs décrépis, les génies du lieu!  Pour le reste, voici une petite fiche info glanée sur le Net : "Les eaux chaudes de Moulay Yacoub sont de par leur minéralisation, leur température et leur débit, les plus importantes et les plus intéressantes du Maroc pour leurs vertus thérapeutiques. Il s'agit d'une eau hyperthermale, véritable eau de mer soufrée. Cette station connue déjà dans les années 30 accueillait André Gide et Henry de Montherlant. Elle est réputée pour soigner Les rhumatismes, certains eczémas, urticaires, cellulite, les névralgies et névrites (surtout la sciatique) affections chirurgicales osseuses, affections gynécologiques.

P1130305A quelques vingt kilomètres de Fès, au creux d'une vallée, parmi des montagnes dénudées d'un paysage lunaire, se cache le village sacré de Moulay Yacoub accroché à flanc de colline. Depuis des siècles les pèlerins viennent pratiquer leurs dévotions auprès des sources et des guérisseurs locaux. Au cœur de la ville au sommet d'une colline, se trouve le tombeau de Lalla Chafia, fille de sultan, qui selon la légende mourut désespérée parce que son père voulait la marier contre son gré. Les anges emportèrent le corps de la jeune vierge au sommet de la montagne qui domine Moulay Yacoub. Depuis, les pèlerins qui veulent exaucer un vœu, doivent à midi, gravir sans s'arrêter la pente qui mène à son tombeau.

P1130306P1130329Dans Moulay Yacoub , vous pourrez profiter des nombreuses échoppes , des bars et de l'ambiance vivante du village ; possibilité de profiter également du hammam au centre du village , juste à côté de l' hôtel .
Ce sont les Romains qui les premiers ont découvert les vertus des eaux thermales marocaines.

P1130312 P1130318La source de Moulay Yacoub malgré sa modernisation en station thermale, continue d'être un lieu sacré. Au cours de l'année les gens du bled viennent pratiquer leurs dévotions en pèlerins individuels, tandis qu'après les semailles du printemps et avant les labours d'automne, les tribus affluent en pèlerinage collectif, "Les Moussems".
Dans les temps anciens les vertus curatives de l'eau de Moulay Yacoub étaient attribuées à un magicien surnaturel et on assiste encore aujourd'hui aux pratiques millénaires du pèlerinage thermale. Antérieures à l'islam comme aux religions juives ou chrétiennes, ces pratiques doivent présenter quelque rapport avec le culte gaulois au dieu Borvo dont le nom laisse sa trace dans les stations thermales de La Bourboule, Bourbonne les bains, Bourbon-Lançy.
La station de Moulay Yacoub dispose de 2 stations thermales, la plus ancienne qui se présente sous forme de hammam et une plus récente qui dispose d'équipements modernes."

P1130319

P1130313 P1130321 P1130325

P1130330

P1130327 P1130333 P1130334

P1130301 P1130307 P1130315 P1130310 P1130336

Après ce petit bain sec, nous avons décidé de continuer notre petite route qui serpente au milieu des champs en fleurs, surplombe le tracé blanc du lit des oueds et les douars perchés sur leurs collines...

P1130343 P1130346 P1130366

P1130350

P1130365 P1130363 P1130364

P1130360

P1130361 P1130367 P1130373

P1130369

P1130368 P1130371 P1130372

P1130348

P1130375

P1130381Arrivés à un coude de l'oued Mikkes, nous avons marqué un temps d'arrêt pour admirer la devanture d'un atelier de mécanique. Nous avons ensuite rejoint la route nationale. La nuit commençait déjà à tomber...

P1130378

P1130377 P1130380 P1130379

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand















23 avril 2009

Panorama pour un coquelicot

g_te_OurthaneNotre arrivée au gîte Ourthane (plein de monde) était synonyme d'une plongée merveilleuse  dans une nature enchanteresse! Célou et Pierre se sont illico lancés dans l'inventaire des variétés botaniques que recèlent les environs! Promenades au milieu des champs et des fleurs. Confection de bouquets. Improvisation d'herbiers...

Les deux nuitées au gîte nous ont laissé le temps de faire deux ballades (je préfère écrire "balade" avec deux ailes..., c'est plus poétique et tant pis pour l'orthographe!). La première avait pour but d'atteindre Tit n Ziza.   La seconde avait pour terme la source de Tiguemmat qui se trouve sur le territoire d'une fraction des Ayt çabd Nnour (qui fera l'objet d'un billet à part).

P1120879

P1120877 P1120858 P1120860
P1120864 P1120888 P1120967
P1120867 P1120872 P1120874

P1120859 P1120894 P1120896

P1120866 P1120869 P1120976

P1120899P1120900A l'intérieur du gîte, surplombant le verger, la rangée des figuiers, les oliviers et les grenadiers...etc., les travaux de construction d'une chambre supplémentaire allaient bon train. Tout l'attirail du parfait maçon était  à portée de nos yeux: seaux divers, tuyaux, pelles, pioche, fil à plomb, sacs de ciments, sable, tamis...

P1120827 P1120828 P1120921

P1120968P1120969 Pour atteindre Tit n Ziza, la piste grimpe et longe deux montagnes enneigées : Boutarwa (2400 mètres) et son voisin Boumrar (1700 mètres). A leurs pieds, s'était formé un important lac de pluie: Ifered. Nous avons marqué une halte au hameau de Tit n Ziza où nous avons été invités par la sympathique famille Naciri à prendre un verre de thé accompagné de pain complet et de beurre  frais faits maison.

P1120962 P1120966 P1130018

P1120970 P1120971 P1120972

P1130004P1130011A un détour du chemin muletier, à hauteur d'un petit marabout, trône comme un totem majestueux un magnifique tremble tout tatoué de graffiti dont les images viendront enrichir ma petite collection !

La petite halte chez la famille Naciri a été l'occasion après le goûter de visiter le verger familial. Ce petit tour m'a permis de photographier  très rapidement une installation qui s'apparente par sa forme à une sorte d'igloo et qui fait office de salle de bain. Elle est dotée d'un chauffe-eau à bois rudimentaire mais semble-t-il bien efficace. A l'intérieur, l'effet de serre  est doublement garanti car  en plus de la chaleur émanant du poêle, le plastique qui fait isolation augmente, sous l'effet du soleil, la température ambiante.

P1120988            P1120986            P1120977

P1120981

P1120985 P1120983 P1120984

Le retour s'est fait à la faveur des derniers rayons rasants du soleil. Une fois au gîte et bien installés autour d'un bon feu de cheminée, nous avons dîné d'une savoureuse soupe traditionnelle accompagnée d'un délice de dattes!...

P1130021 P1130025 P1130031

Cliquez sur les images pour les voir en grand

 


22 mars 2009

Virée dans le haut Atlas : épisode 9

P1120067P1120065Voilà, c'est l'épisode qui signe la fin de cette virée. Car il est venu le temps de retourner au bercail et au travail.  Dès  la sortie de Zaouit Cheikh, le paysage s'assagit. Le moyen Atlas est plus vallonné et les cultures n'hésitent pas, tant que faire se peut, à prendre d'assaut les pentes des collines...Les terres sont bien ocres, le vert de la végétation et des cultures  domine le paysage et l'eau abonde dans le barrage Ahmed El-Hansali !

P1120070 P1120069 P1120072
P1120077 P1120079 P1120078
P1120080 P1120087 P1120088

P1120081Sur la vitre latérale du véhicule, la trace séchée d'une éclaboussure  de forme spermatozoïdale m'interpelle avec insistance! Est-ce le fantastique visage de la réalité ?
P1120092Un large éventail de doums se détache au premier plan. Tout au fond, on devine les premiers signes avant-coureurs de la ville de Khénifra  dont le rouge-ocre des premières habitations commence à percer à travers le jeu d'ombre et de lumière qu'impriment  au paysage les  mouvements  rapides des nuages...

P1120093

P1120082 P1120085 P1120083
P1120104 P1120095 P1120099

P1120102P1120103Une petite note colorée supplémentaire commençait à s'imposer dans le champ de notre vision : la moutarde sauvage était déjà en fleurs!
A l'entrée de la ville, un signe ne trompe pas! C'est la présence massive des cigognes qui ont
P1120107
P1120106 définitivement élu refuge à proximité de la décharge. Ces oiseaux ne forment plus un peuple migrateur!
J'avais pris le petit sentier qui mène vers elles.En m'approchant, elles se sont envolées.

P1120108

P1120111

P1120115P1120118Un peu plus tard, la route rectiligne défilait  pendant un long moment en longeant le Ranch Adarouch spécialisé dans l'élevage de bovins. En une petite semaine (à l'aller, nous étions passés par là), le paysage avait bien changé et les bas-côtés ont été littéralement pris d'assaut par les fleurs!

P1120122 P1120119 P1120127
P1120135

P1120148 P1120141Arrivés à  Boufkrane, petite ville escale pour les routiers et dont l'oued de même nom traverse Meknès, nous avons marqué une petite pause déjeuner. Menu couru d'avance: salade, grillades , pain et eau thermale!

P1120144 P1120145 P1120146
Cliquez sur chaque image pour la voir en grand




20 mars 2009

Virée dans le haut Atlas : épisode 8

P1120016P1120017La boucle est quasiment bouclée. Arrivée en fin d'après-midi au gîte d'Ourthane. Il a plu toute la nuit sans discontinuer . Au réveil, je suis descendu dans le verger. Toute la végétation était en fête: costumes d'apparat et  colliers de perles...Le soleil, timide, jouait à cache cache avec des nuages de plus en plus enhardis.
P1120018P1120020A un moment, j'ai senti qu'il se passait quelque chose dans le rendu subtil et fragile de la lumière matinale. Je me suis précipité sur la terrasse du gîte qui offre un point de vue panoramique sur la plaine. J'ai appelé Gérard à la rescousse! Lui, il est bien armé pour capter ces fééries fugaces et (é-)mouvantes: un boitier Canon 5D Mark II doté d'un capteur plein format 24 X 36 !En plus, il est adepte de la HDR ! C'est-à-dire qu'il opère systématiquement en bracketing en vue de fusionner de façon optimale les 3 épreuves.  Il a eu la gentillesse de m'envoyer une image réalisée selon ce procédé et je me permets de la partager avec vous :

gerard_bayssiere

Copyright : Gérard Bayssière

P1120026P1120025Mais rassurez-vous, je ne suis pas resté les bras croisés devant ce Goliath de 21 millions de pixels! En général, avec mon tout petit appareil compact numérique, je réussis tant bien que mal à donner le change! Voici quelques images réalisées sur le même sujet (grand angulaire de 17 millimètres, bracketing et High Dynamic Range en moins!).

P1120030 P1120033 P1120042

P1120045 P1120047 P1120046

P1120056

P1120050 P1120052 P1120054

P1120057

P1120059Mais il fallait quand même nous défaire à contrecoeur de tant de beauté car une longue route nous attendait. Pour rejoindre Fès, nous avions décidé  de passer par Khénifra, Mrirt et Meknès. Les images de ce trajet alimenteront le dernier épisode!





17 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 7

P1110949P1110947Le voyage tire pratiquement à sa fin. Ce septième épisode couvre l'empan spacio-temporel entre Aghbala, Ksiba et Zaouit Cheikh. Nous étions conviés à déjeuner dans une petite ferme située à une quinzaine de kilomètres d'Aghbala. Sur place, il y avait deux chantiers menés de front: d'un côté on parachevait la construction d'une maison d'habitation et de l'autre, on creusait des trous pour planter deux mille pieds de

P1110950P1110952plusieurs variétés de poiriers. Après le café, nôtre sympathique hôte (lui aussi mordu de photographie) nous a demandé de le suivre pour aller voir deux curiosités : deux arbres qui évoquent sous un certain angle une autruche et une falaise qui contient des sculptures naturelles zoomorphes (lion, singe, ours...etc.).
  Quand nous avons repris notre route, le ciel commençait à s'assombrir en devenant menaçant et l'orage était dans l'air. Une lumière propice à la photographie m'a fait regretter d'avoir laissé tout mon attirail photographique (boitiers 24X36, objectifs lumineux, trépied...etc.) à la maison! Mais bon, pour les besoins du blog, le petit compact numérique a un rendu tout à fait honorable!

P1110964

P1110963 P1110959 P1110961
P1110956 P1110966 P1110968
P1110976

P1110979 P1110977 P1110980
P1110983

Quelques kilomètres plus loin, une couche ouatée de brouillard commençait à estomper les contours du paysage. Nous étions au niveau de la petite localité de Moulay Yacoub. (Mais ici, il n'y a aucune source thermale chaude et soufrée contrairement à la station qui porte le même nom et qui se trouve à une vingtaine de kilomètres au nord ouest de Fès.)

A l'avant plan, il y avait un jeune laboureur qui retournait la terre au moyen d'une araire tirée par deux ânes: une figure archétypale mille fois vue et revue tout le long de notre périple (mais des tracteurs sont visibles de temps en temps). Tout le long de la route, il y a d'immenses lacs de pluie qui se sont formés à la faveur des dernières et fort abondantes précipitations.

P1110991

P1110989 P1110995 P1110997
P1110998 P1120001 P1120003

P1120002

P1120004 P1120005 P1120007
P1120008 P1120009 P1120010
P1120011 P1120012 P1120013

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

Quand nous avons déjeuné à la petite ferme d'Aghbala, j'ai été attiré, vous l'imaginez bien, par tout un bric-à-brac propre à tous les chantiers en construction. Je réserve ces séries pauvres à des publications dans l'espace de Too Banal où une première série vous y attend déjà!



Posté par photoeil à 10:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

15 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 6

P1110829P1110825Après le petit lac de Tislit, nous avons entamé la montée vers le col. Ascension aisée car la route est goudronnée et bien entretenue. Au débouché sur le col, nous avons été saisis, fascinés et sous le charme d'une voix féminine, aérienne, aux cordes vocales puissantes et qui chantait en berbère: "Dans les montagnes de l’Atlas, qui s’étendent sur une vaste superficie du territoire du Maroc avec une diversité qui donne des complexes aux géographes et aux ethnographes, c’est tellement vaste et complexe, les chants et les rythmes sont au quotidien souvent les relais privilégiés des gestes du travail : labeur, moisson, vannage, moulage, cuisson du pain, toison, construction, montage d’une tente.... "(lire la suite ici).

Ce chant a cappella auquel faisaient échos toutes les cimes environnantes,  nous parvenait depuis l'adret de la montagne. En fait, il s'agissait de quatre femmes qui montaient avec leurs  chargements sur le dos.

P1110831 P1110836 P1110832

P1110837Nous avons échangé quelques paroles amicales. Elles sont allées un peu plus loin de l'autre côté de la route, elles ont déposé leurs sacs et elles sont revenues nous parler. D'entrée de jeu, elles nous ont fait comprendre qu'elles ne cherchaient ni argent ni fruits ni bonbons mais juste casser la routine en parlant un peu avec nous. La plus jeune, la vingtaine (mais qui paraissait bien usée pour son âge) nous a expliqué qu'elles descendaient dans la vallée chercher de l'herbe pour nourrir les troupeaux restés sur les hauteurs et qui ne sortaient plus en raison de la neige.
Nous n'étions pas loin de la journée du 8 mars. Et cela nous a rappelé la rude vie et les peines au quotidien de la femme berbère. Tout le long de ce voyage, la beauté des paysages ne pouvait passer sous silence la condition de ces femmes qui triment à longueur de journée dans les champs, à ramasser du bois, à laver le linge dans la rivière...en plus de toutes les tâches au foyer...Dans l'Atlas, Sisyphe est incontestablement une femme.

P1110844

P1110840 P1110847 P1110849

P1110851Notre ami Gérard n'en revenait pas de les voir débouler les pentes abruptes avec une aisance extraordinaire! Il n'en revenait pas de les voir chanter en dépit de leur dur labeur. En fait, les paroles de leurs chants décrivent sans détour l'enfer de leur sort...Cela ne va pas sans rappeler certains poèmes  poignants de cette grande poétesse de la Tassaout qu'est Mririda N'Aït Attik

Après le col, le paysage a radicalement changé. Les arrêts photos s'étaient multipliés car la palette des couleurs qui s'offrait à nos yeux coupait le souffle.

P1110845

P1110853 P1110856 P1110858

P1110857

P1110863 P1110865 P1110867

P1110868 P1110869 P1110870

P1110864

P1110871 P1110876 P1110877

P1110878

P1110879 P1110880 P1110882

P1110887 P1110888 P1110892

Arrivés au niveau de la rivière, celle-ci était gonflée et chargée des alluvions ocres arrachées par un orage lointain. Les maigres cultures s'accrochaient à la moindre parcelle gagnée sur ses méandres.

P1110900 P1110893 P1110898

P1110897

P1110896

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

 





Posté par photoeil à 08:38 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

10 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 4

P1110515P1110529L'épisode 4 sera consacré à la remontée du canyon. Les arrêts photos étaient nombreux car nous ne savions plus où donner des yeux et de la tête! Les petites parcelles cultivées qui longeaient de part et d'autre la rivière ressemblaient à un tapis en fleurs. A un moment, la route surplombe le marabout Sidi Yahya ou Mousa. C'était dimanche et les écoliers avaient école. Passage par Assoul avant d'entamer le col de Tizi Tirhehouzine. A hauteur de ce col, un petit café fermé dont les portes peintes sont une véritable galerie à ciel ouvert! J'ai même découvert une voiture gravée dans la pierre! Arrêt déjeuner à l'auberge de Brahim au magnifique village d'Agoudal qui a su garder son cachet (en dépit des poteaux électriques qui gâchent le paysage mais l'électrification est une bénédiction pour la population de ces rudes contrées éloignées).

P1110517 P1110519 P1110520
P1110522 P1110524 P1110525
P1110530

P1110535 P1110538 P1110534
P1110539 P1110543 P1110547
P1110550 P1110561 P1110562
P1110563 P1110565 P1110567
P1110566

P1110571 P1110575 P1110578
P1110583

P1110585 P1110580 P1110601
P1110604

P1110606 P1110605 P1110597

P1110608

P1110609 P1110610 P1110613

P1110615

P1110616 P1110617 P1110620

P1110621 P1110622 P1110623

P1110625 P1110626 P1110628

P1110629

P1110631 P1110632 P1110634

P1110635 P1110639 P1110642

P1110649 P1110643 P1110644

P1110646

P1110656 P1110655 P1110652

P1110659

P1110661 P1110665 P1110666

P1110668 P1110669 P1110672

P1110674

P1110675 P1110676 P1110678

P1110677 P1110679 P1110680

P1110682

P1110684 P1110686 P1110690

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand



Posté par photoeil à 10:04 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

08 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 3

P1110500P1110501Nous sommes arrivés dans la vallée d'Amellago au milieu de l'après midi du 28 février. Nous  avons dépassé le village d'Ayt Ayyoub (situé à peu près à 4 kilomètres à l'ouest d'Amellago) afin de bénéficier des derniers rayons du soleil pour effectuer les premiers repérages photographiques dans le canyon qui enserre l'oued Gheris. A la tombée du jour, nous avons rebroussé chemin pour rejoindre le gîte de Moha Ousri. Accueil chaleureux comme il se doit. Il y avait une dizaine d'allemands qui finissaient de décharger les porte-bagages de leurs vélos mais pas un seul touriste marocain en vue...
Après un savoureux dîner composé d'une inoubliable soupe aux légumes (avec des fèves fraîches entre autres) et un tagine...etc., nous avons rejoint nos chambres respectives afin de nous mettre au lit car notre décision était prise de nous réveiller avant le lever du soleil.

Au réveil, nous avons commencé par monter sur la terrasse du gîte pour apprécier les environs :

P1110414 P1110415 P1110416
P1110419 P1110422 P1110417

Entre temps, Moha nous avait préparé un peu de café chaud. A peine le breuvage noir avalé, nous nous sommes précipités pour aller nous perdre le long des séguias,  des berges de la rivière, des vergers et des arbres fruitiers en fleurs...

P1110412 P1110421 P1110420
P1110423

P1110426 P1110429 P1110431

P1110432 P1110433 P1110434

P1110438 P1110439 P1110440

P1110441 P1110444 P1110445

P1110456 P1110457 P1110462

P1110463 P1110464 P1110465

P1110470 P1110472 P1110455

Comme on le voit sur la dernière image, les villageois ont placé des sacs remplis de gravier et de sable afin de permettre le franchissement de la  rivière d'une berge à l'autre. Ce système est communément adopté dans toute la région.

P1110479Le soleil gagnant en altitude, nous avons décidé de remonter vers le gîte afin de prendre notre petit déjeuner et de décider de la suite de notre périple. Mais avant cela, nous avons fait un dernier tour du côté des habitations. A ma grande surprise, j'ai relevé que les portes étaient encore dotées de serrures en bois. Cela n'a pas manqué de me rappeler celles que j'ai connues dans la maison de mon grand père maternel dans le pré-Rif. Cela dit, de plus en plus d'habitation optent pour des portes en fer avec une serrure métallique. Dans le secteur des activités artisanales, les ferronniers ne chôment pas dans leurs ateliers.

P1110451 P1110452 P1110453

P1110454 P1110475 P1110473

P1110481 P1110483 P1110484

P1110486 P1110489 P1110487

P1110494 P1110495 P1110497

P1110490 P1110496 P1110498

De retour au gîte, Moha nous a prévenu que des intempéries violentes étaient prévues sur le secteur en fin de journée. Cela a précipité notre décision de rejoindre  par la piste et à la faveur du beau temps Imilchil...

Mais en attendant le prochain épisode, je vous sers à voir quelques images du gîte :

P1110502 P1110503 P1110504

P1110505

P1110509 P1110511

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand.

P.S.: L'ouverture du  lien vers le gîte  me semblant incertaine, je vous indique le téléphone (00212 535589794) et le GSM (00212 671937757 ) et l'adresse mail du gérant : moha2_ousri@yahoo.fr ou encore : mohatje@hotmail.com



Posté par photoeil à 16:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,