19 février 2013

La pierre et la prière

Dans le précédent billet intitulé "Le goût d'amande douce d'Amellago", mes yeux, mes narines, mes oreilles et mes pieds m'ont surtout mené, comme par synesthésie,  vers les amandiers en fleurs. Mais je n'ai pas manqué d'aller flâner du côté des habitations traditionnelles. Comme c'est souvent le cas, les maisons en pisé sont souvent en ruine. De plus en plus, le béton se répand et menace pernicieusement l'harmonie ancestrale de l'architecture en terre caractéristique de ces contrées reculées.

aP1090873

aP1090954

aP1090967

aP1100127 aP1100107 aP1100121

aP1100148 aP1090966 aP1100145

aP1100146 aP1100147 aP1100155

aP1090979

aP1100150

aP1100197 aP1100158 aP1100196

aP1100175

aP1100239

aP1100228

P1090960 P1100132 P1100116

     P1100126   P1100134 P1100135

P1100177 P1100167 P1100165

P1100181 P1100178 P1100179

P1100183 P1100186 aP1090965

P1100139

aP1090980 aP1100151 P1090964

P1100163 P1090937 P1090938

P1100161

Cliquez sur chaque image pour la voir en plus grand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par photoeil à 00:00 - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,


11 février 2013

Le goût d'amande douce d'Amellago

aP1100040

aP1100018Entre fin janvier et début février 2013 commençait la floraison des amandiers dans la vallée d'Amellago. Pour profiter de cette aubaine, nous avons pour la nième fois séjourné au gîte de Moha. C'est une contrée encore préservée du tourisme de masse et où il fait encore bon flâner au milieu d'une nature rudement belle!

Voici un petit florilège de cette virée au milieu des cultures et des villages qui embaument le parfum délicat de la fleur d'amandier (surtout au lever et au coucher du soleil). En guise de musique d'accompagnement, le bourdonnement enivré des abeilles butineuses..

aP1100230

aP1090925

aP1100083

aP1100038

aP1090931 aP1090930 aP1090932

aP1090933 aP1090934 aP1090935

aP1090885

aP1100005 aP1090901 aP1090921

aP1090910 aP1090919 aP1090985

aP1090916 aP1090928 aP1090942

aP1100006

aP1090976 aP1090978 aP1090979

aP1090990 aP1100149 aP1100242

aP1100049

aP1090984 aP1100014 aP1090991

aP1100075

aP1100100

aP1090993

aP1100030 aP1090903 aP1100008

aP1090994

aP1090999 aP1100019 aP1100024

aP1100061

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par photoeil à 16:13 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 novembre 2011

Aït Daoud

P1300444P1300448A la faveur des dernières vacances du mois de novembre 2011, nous avons fait une virée sur les hauteurs de l'Atlas du côté des aït Daoud. Nous avons séjourné au gîte qui porte le même nom (voir image à droite). Nous avons été enchantés par la qualité de l'accueil de Saïd le gérant et de son équipe, par le confort et la propreté des chambres et par la gentillesse des gens que nous avons rencontrés lors de nos balades dans les environs ou dans les villages avoisinants (Imn tlite...etc.). A vrai dire, nous avons trouvé la région (architecture, cultures, travail des champs,  vie dans les villages, paysages...etc.) rudement belle!  Les arrêts photos ont été nombreux! Indéniablement, c'est un coup de coeur !

P1300438ll faut signaler également que désormais, une route parfaitement carrossable,mène tout droit jusqu'au gîte et bien au-delà vers Imilchil !

 

Vu de loin, le gîte Aït Daoud trône sur le paysage comme un vaisseau majestueux !

P1300540

Depuis sa vaste cour intérieure, à tribord,voici les paysages qui se déroulent  devant nos yeux (la lumière varie en fonction du moment de la prise de vue):

P1000358 P1000357 P1000362

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

P1300463

P1000464

P1000397

A babord, la vue nous plonge vers le village et ses habitations traditionnelles  encadrées par l'ocre dominant des falaises et vers l'écrin des champs ponctués de  la silhouette élancée de peupliers qui arborent avec majesté une robe d'un jaune éclatant!

P1000466

P1300455

P1000380

P1000387 P1000383 P1000384P1000385

P1000367 P1000443 P1000442

P1300550

P1300553

Côté proue de notre vaisseau, il y a d'abord la vue qui plonge vers un cimetière d'une beauté sans fioritures à couper le souffle!

P1000474 P1000476 P1000485

Plus en contre-bas, s'étendent les parcelles des champs et les maigres cultures synonymes du labeur acharné des hommes. Tout en épousant les flancs des collines, les habitations s'élèvent avec sobriété. On relève par-ci par-là quelques coquetteries dans la vive couleur crue d'une porte ou  dans l'encadrement souligné d'une fenêtre!

P1000396 P1300453 P1300572 P1000390

P1000369

P1000370

P1000399 P1000403 P1000454

P1000455 P1000456 P1300458P1000495

P1000492

P1000500

P1000507 P1000511 P1000509

P1000504

P1000515 P1000435 P1000513

P1300563 P1300562 P1300560

P1000359

P1000373Le soir venu et après une longue journée riche dans tous les sens du terme, nous avons dîné et passé quelques moments agréables à lire au coin du feu! Le lendemain, nous avons décidé d'aller voir de près la mine de sel. Il s'agit d'une exploitation gérée de façon archaïque par trois douars. L'extraction du sel  à une douzaine de mètres de profondeur se fait au pic. Le sel est remonté à la surface à dos d'homme avant d'être chargé sur un âne ou un mulet. Sur la piste qui y mène, nous avons observé une grande activité pastorale et rencontré plusieurs troupeaux de moutons et de chèvres qui suivent la canalisation d'eau dans un décor  à la fois aride , sauvage et haut en couleurs!

P1000405

P1000401

P1300479

P1000381

P1000402 P1000414 P1000415

P1000416 P1000417 P1000421

P1000418 P1300487 P1300500

P1300491

P1000425 P1000423 P1300507

P1300505

P1300508

P1300506 P1300509 P1300510

P1300511 P1300515 P1300518

P1300520

P1300523

P1300530Voilà! Nous pensons que les images sont d'une éloquence qui ne manque pas de sel ! Sous le charme, nous avons décidé de revenir en avril avec des amis pour mieux découvrir  cette contrée fort attachante! Au-delà d'Aït Daoud, la route continue de plus belle: voir ici .




 

 

 

 

 

Posté par photoeil à 11:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 mars 2009

Mille minuits d'Imilchil à midi

imilchil0024imilchil0004Au début des années 80, cela fait bien plus qu'un quart de siècle, j'avais effectué ma première virée au moussem dit des fiançailles d'Imilchil  . Voyage en 4L et dans mon sac à dos un boitier Nikon FM et quelques films inversibles. Je viens  d'ouvrir les archives photographiques des voyages et d'examiner de près l'état des diapositives pour me rendre compte de deux choses: 1- que le temps avait fait son oeuvre et que certains clichés ont bien souffert et 2- que les paysages de fin d'été dans cette région du haut Atlas étaient arides et bien chargés de poussière...Rien à voir donc avec les images récentes aux cimes enneigées , aux lacs bien pleins d'eau et aux parcelles cultivées éclatantes de verdure (voir ici ).

Nous avions marqué une halte thé dans le seul café  donnant sur la place d'Imilchil. A l'intérieur, il y avait cette peinture murale représentant des lions de l'Atlas. Elle rappelle à s'y méprendre le lion qui figure sur une fameuse boite d'allumettes marocaine et qui comportait sur son dos une incitation à consommer marocain : " En utilisant les produits marocains, vous contribuerez à l'économie du pays".

A ce propos, notre contribution était garantie car ces fameuses allumettes made in Morocco refusaient le plus souvent de s'enflammer et faisaient en bonne place partie des 12 travaux de Superman : " Moi, le métier que j'aurais voulu exercer, c'est celui de Superman. Mais pas au Maroc, parce que Superman n'a aucune chance de réussir sa vie chez nous. Pourquoi ? Réfléchissez un peu: Superman débarque au Maroc et clame devant le peuple : " C'est moi le plus fort, je peux tout faire! Absolument tout!" N'importe quel Marocain pourrait lui répondre : " Si c'est vrai que tu es Superman et que tu peux tout faire, retire d'un seul coup le couvercle d'aluminium d'un danone et sans te mettre de yaourt velouté plein les doigts; arrache un sourire à l'agent de réception d'un hôtel et essaie de ne pas rugir de colère quand le même hôtel t'aura présenté la note de frais de téléphone; obtiens la flamme d'une allumette en frottant du premier coup le grattoir de la boite, et sans te brûler le bout du doigt; démarre au feu vert avant d'entendre le klaxon de la voiture qui se trouve derrière toi; parcours six mètres de trottoirs sans rencontrer un seul crachat, ou un mendiant; dis-nous la couleur des cheveux de la femme d'un barbu; trouve-toi un travail avec un diplôme de l'université de Tétouan; essaie de voyager avec un passeport marocain; empêche les prix de se transformer en fusée à l'approche du ramadan; déniche-moi un touriste à Tanger; cherche une calculatrice japonaise plus rapide qu'un épicier soussi; un camionneur qui mérite son permis; un policier obèse; un gendarme squelettique; un étudiant qui sait pourquoi il est en grève; un syndicaliste démocrate; un immeuble sans linge au balcon; un concierge consciencieux et travailleur; une chanson égyptienne qui réveille; un mouton à l'âge de la retraite; une eau minérale qui est plus qu'une eau de table; un assureur qui indemnise aussi vite qu'il encaisse; un syndic d'immeuble qui fonctionne; un chanteur marocain qui affectionne les marchands  de cassettes;  un cadre supérieur qui ne méprise pas son patron et inversement; un chirurgien qui ne dit pas: c'est grave, il faut opérer tout de suite; un mécanicien efficace et ponctuel; un coiffeur dépourvu de l'instinct de conversation." (Lotfi Akalay, Jours tranquilles à Tanger, 2000).

Rappelons après cette petite parenthèse humoristique, qu'il y a fort longtemps que le lion de l'Atlas n'est plus de ce monde. Seule sa dépouille fantomatique et inconsistante traîne un peu entre les pieds des joueurs de l'équipe de foot nationale dont le pseudo est justement "les lions de l'Atlas"...J'avais déjà évoqué cette question ici  et  .

imilchil0028imilchil0026A l'époque, il n'y avait ni auberge, ni gîte, ni hôtels construits en dur. Les seules installations pour accueillir les touristes étaient ces tentes bleues que l'on voit sur certaines images. Nous avions bivouaqué à la belle étoile. Comme on le voit bien, les banderoles aux couleurs nationales quadrillaient et estampillaient l'espace festif. Il était impossible, en dehors des touristes arborant un imposant matériel photographique, de s'approcher de la scène centrale où se produisaient les troupes d'Ahidouss.

imilchil0025 imilchil0008 imilchil0062

imilchil0001

Pour l'occasion, on avait rafraîchi d'une nouvelle couche de teinture verte la boule à zéro du marabout sidi Ahmed Oulmghenni.

imilchil0060 imilchil0048 imilchil0031

imilchil0032

imilchil0023 imilchil0027 imilchil0055

imilchil0022 imilchil0021

Les camions Ford rouges étaient les vrais dromadaires motorisés des pistes. Ils permettaient aux différentes tribus d'affluer vers le moussem qui est avant tout un lieu d'échanges commerciaux. Aujourd'hui encore, ces véhicules continuent à rouler leurs bosses le long des routes, des pistes et des cols de l'atlas.

Dans cette manifestation, le plus intéressant à mes yeux demeure encore aujourd'hui la vie qui anime les différents souks.

imilchil0035 imilchil0034 imilchil0057

imilchil0002

imilchil0007 imilchil0039 imilchil0040

imilchil0038 imilchil0041 imilchil0030

imilchil0047 imilchil0046 imilchil0056

imilchil0061        imilchil0036        imilchil0063

imilchil0045 imilchil0044 imilchil0043

imilchil0009 imilchil0049 imilchil0050

imilchil0051

imilchil0052 imilchil0053 imilchil0054

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

 

 




 

 

20 mars 2009

Virée dans le haut Atlas : épisode 8

P1120016P1120017La boucle est quasiment bouclée. Arrivée en fin d'après-midi au gîte d'Ourthane. Il a plu toute la nuit sans discontinuer . Au réveil, je suis descendu dans le verger. Toute la végétation était en fête: costumes d'apparat et  colliers de perles...Le soleil, timide, jouait à cache cache avec des nuages de plus en plus enhardis.
P1120018P1120020A un moment, j'ai senti qu'il se passait quelque chose dans le rendu subtil et fragile de la lumière matinale. Je me suis précipité sur la terrasse du gîte qui offre un point de vue panoramique sur la plaine. J'ai appelé Gérard à la rescousse! Lui, il est bien armé pour capter ces fééries fugaces et (é-)mouvantes: un boitier Canon 5D Mark II doté d'un capteur plein format 24 X 36 !En plus, il est adepte de la HDR ! C'est-à-dire qu'il opère systématiquement en bracketing en vue de fusionner de façon optimale les 3 épreuves.  Il a eu la gentillesse de m'envoyer une image réalisée selon ce procédé et je me permets de la partager avec vous :

gerard_bayssiere

Copyright : Gérard Bayssière

P1120026P1120025Mais rassurez-vous, je ne suis pas resté les bras croisés devant ce Goliath de 21 millions de pixels! En général, avec mon tout petit appareil compact numérique, je réussis tant bien que mal à donner le change! Voici quelques images réalisées sur le même sujet (grand angulaire de 17 millimètres, bracketing et High Dynamic Range en moins!).

P1120030 P1120033 P1120042

P1120045 P1120047 P1120046

P1120056

P1120050 P1120052 P1120054

P1120057

P1120059Mais il fallait quand même nous défaire à contrecoeur de tant de beauté car une longue route nous attendait. Pour rejoindre Fès, nous avions décidé  de passer par Khénifra, Mrirt et Meknès. Les images de ce trajet alimenteront le dernier épisode!





17 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 7

P1110949P1110947Le voyage tire pratiquement à sa fin. Ce septième épisode couvre l'empan spacio-temporel entre Aghbala, Ksiba et Zaouit Cheikh. Nous étions conviés à déjeuner dans une petite ferme située à une quinzaine de kilomètres d'Aghbala. Sur place, il y avait deux chantiers menés de front: d'un côté on parachevait la construction d'une maison d'habitation et de l'autre, on creusait des trous pour planter deux mille pieds de

P1110950P1110952plusieurs variétés de poiriers. Après le café, nôtre sympathique hôte (lui aussi mordu de photographie) nous a demandé de le suivre pour aller voir deux curiosités : deux arbres qui évoquent sous un certain angle une autruche et une falaise qui contient des sculptures naturelles zoomorphes (lion, singe, ours...etc.).
  Quand nous avons repris notre route, le ciel commençait à s'assombrir en devenant menaçant et l'orage était dans l'air. Une lumière propice à la photographie m'a fait regretter d'avoir laissé tout mon attirail photographique (boitiers 24X36, objectifs lumineux, trépied...etc.) à la maison! Mais bon, pour les besoins du blog, le petit compact numérique a un rendu tout à fait honorable!

P1110964

P1110963 P1110959 P1110961
P1110956 P1110966 P1110968
P1110976

P1110979 P1110977 P1110980
P1110983

Quelques kilomètres plus loin, une couche ouatée de brouillard commençait à estomper les contours du paysage. Nous étions au niveau de la petite localité de Moulay Yacoub. (Mais ici, il n'y a aucune source thermale chaude et soufrée contrairement à la station qui porte le même nom et qui se trouve à une vingtaine de kilomètres au nord ouest de Fès.)

A l'avant plan, il y avait un jeune laboureur qui retournait la terre au moyen d'une araire tirée par deux ânes: une figure archétypale mille fois vue et revue tout le long de notre périple (mais des tracteurs sont visibles de temps en temps). Tout le long de la route, il y a d'immenses lacs de pluie qui se sont formés à la faveur des dernières et fort abondantes précipitations.

P1110991

P1110989 P1110995 P1110997
P1110998 P1120001 P1120003

P1120002

P1120004 P1120005 P1120007
P1120008 P1120009 P1120010
P1120011 P1120012 P1120013

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand

Quand nous avons déjeuné à la petite ferme d'Aghbala, j'ai été attiré, vous l'imaginez bien, par tout un bric-à-brac propre à tous les chantiers en construction. Je réserve ces séries pauvres à des publications dans l'espace de Too Banal où une première série vous y attend déjà!



Posté par photoeil à 10:53 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

13 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 5

Après Agoudal, nous avons repris notre route pour rejoindre Imilchil. Ce centre administratif a son nom rattaché au célèbre moussem des fiançailles qui est devenu tout récemment le "festival des cimes". Je ne reviendrai pas sur les mythes et les légendes qui se sont cristallisés tout autour et en particulier à propos des deux lacs qui se trouvent à sa proximité. J'ai assisté pour la première fois à ce moussem au début des années 1980. Depuis, il s'est un peu galvaudé et perdu de son authenticité. Je dois posséder des centaines de diapositives qui attendent d'être scannées...Ce sera pour une autre fois.

P1110705Imilchil est un centre administratif qui ne représente en soi aucun charme particulier. Les habitations et les locaux administratifs sont construits en dur et en béton. La raison de notre arrêt était dictée par le désir de  prendre une chambre d'hôtel qui offre un peu de confort, une douche chaude et surtout de revoir Bassou. Voici les premières images d'imilchil que j'ai faites à mon réveil depuis ma chambre:

P1110697

P1110698 P1110700 P1110702

P1110709Une chose importante à signaler : il existe depuis peu à la sortie d'Imilchil une station service toute neuve sous l'enseigne Inova.  On y trouve de l'essence sans plomb. A ce propos, je me rappelle que dans les années quatre-vingts, c'était le croissant et la bannière pour se procurer de l'essence. On l'achetait dans des bidons! Bref, tout cela pour dire qu'il ne faut pas désespérer du progrès...
P1110732

Après un bon petit déjeuner, nous avons décidé de faire respectivement un petit saut du côté des lacs Tislit et Isli.

Le premier petit lac était d'un calme propice à toutes les réflexions et son eau d'un bleu ébleustouflant ! En voici en images un petit tour forcément incomplet:

P1110710

P1110712 P1110719 P1110720
P1110725

P1110730 P1110736 P1110717

P1110740Ce circuit des lacs n'a pu être terminé car l'état de la piste ne le permettait pas. En effet, à peine engagés sur quelques kilomètres pour atteindre le grand lac d'Isli, un berger nous a interpellés pour nous signifier que la piste était impraticable. La veille, un 4X4 s'était embourbé et il a fallu  aller chercher un tracteur pour le tirer de son enlisement...Nous avons donc rebroussé chemin,ce qui nous a permis de faire d'autres photos des environs du premier lac avec une lumière bien différente de celle du matin.

et2 et4 et3
et1

P1110741 P1110742 P1110751
P1110769 P1110770 P1110767
P1110777 P1110779 P1110794
P1110796

P1110807 P1110806 P1110804
P1110809

P1110808 P1110818 P1110817
P1110816

P1110822 P1110824 P1110823
Cliquez sur chaque image pour la voir en grand





Posté par photoeil à 17:02 - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 mars 2009

Virée dans le haut Atlas: épisode 3

P1110500P1110501Nous sommes arrivés dans la vallée d'Amellago au milieu de l'après midi du 28 février. Nous  avons dépassé le village d'Ayt Ayyoub (situé à peu près à 4 kilomètres à l'ouest d'Amellago) afin de bénéficier des derniers rayons du soleil pour effectuer les premiers repérages photographiques dans le canyon qui enserre l'oued Gheris. A la tombée du jour, nous avons rebroussé chemin pour rejoindre le gîte de Moha Ousri. Accueil chaleureux comme il se doit. Il y avait une dizaine d'allemands qui finissaient de décharger les porte-bagages de leurs vélos mais pas un seul touriste marocain en vue...
Après un savoureux dîner composé d'une inoubliable soupe aux légumes (avec des fèves fraîches entre autres) et un tagine...etc., nous avons rejoint nos chambres respectives afin de nous mettre au lit car notre décision était prise de nous réveiller avant le lever du soleil.

Au réveil, nous avons commencé par monter sur la terrasse du gîte pour apprécier les environs :

P1110414 P1110415 P1110416
P1110419 P1110422 P1110417

Entre temps, Moha nous avait préparé un peu de café chaud. A peine le breuvage noir avalé, nous nous sommes précipités pour aller nous perdre le long des séguias,  des berges de la rivière, des vergers et des arbres fruitiers en fleurs...

P1110412 P1110421 P1110420
P1110423

P1110426 P1110429 P1110431

P1110432 P1110433 P1110434

P1110438 P1110439 P1110440

P1110441 P1110444 P1110445

P1110456 P1110457 P1110462

P1110463 P1110464 P1110465

P1110470 P1110472 P1110455

Comme on le voit sur la dernière image, les villageois ont placé des sacs remplis de gravier et de sable afin de permettre le franchissement de la  rivière d'une berge à l'autre. Ce système est communément adopté dans toute la région.

P1110479Le soleil gagnant en altitude, nous avons décidé de remonter vers le gîte afin de prendre notre petit déjeuner et de décider de la suite de notre périple. Mais avant cela, nous avons fait un dernier tour du côté des habitations. A ma grande surprise, j'ai relevé que les portes étaient encore dotées de serrures en bois. Cela n'a pas manqué de me rappeler celles que j'ai connues dans la maison de mon grand père maternel dans le pré-Rif. Cela dit, de plus en plus d'habitation optent pour des portes en fer avec une serrure métallique. Dans le secteur des activités artisanales, les ferronniers ne chôment pas dans leurs ateliers.

P1110451 P1110452 P1110453

P1110454 P1110475 P1110473

P1110481 P1110483 P1110484

P1110486 P1110489 P1110487

P1110494 P1110495 P1110497

P1110490 P1110496 P1110498

De retour au gîte, Moha nous a prévenu que des intempéries violentes étaient prévues sur le secteur en fin de journée. Cela a précipité notre décision de rejoindre  par la piste et à la faveur du beau temps Imilchil...

Mais en attendant le prochain épisode, je vous sers à voir quelques images du gîte :

P1110502 P1110503 P1110504

P1110505

P1110509 P1110511

Cliquez sur chaque image pour la voir en grand.

P.S.: L'ouverture du  lien vers le gîte  me semblant incertaine, je vous indique le téléphone (00212 535589794) et le GSM (00212 671937757 ) et l'adresse mail du gérant : moha2_ousri@yahoo.fr ou encore : mohatje@hotmail.com



Posté par photoeil à 16:19 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , , ,